Les télécoms, vers la fin des idées reçues ?

.

.

Aujourd’hui, le marché des télécommunications représente une part importante du secteur des Médias et du Numérique et peut, d’ailleurs, être considéré comme étant son premier acteur, avec des investissements toujours plus conséquents.

En effet, en France, le poids des investissements(1) des télécoms équivaut à 9,2 milliards d’euros (moyenne annuelle sur 5 ans – 2015 à 2019) vis-à-vis des autres secteurs tels que les réseaux ferrés
(5 Mds €) ou le transport et distribution d’électricité (5,9 Mds €) ; et, pour la première fois en 2019, il dépasse la barre des 10 milliards (10,4 Mds €).

Pour vous donner un ordre de grandeur, cela équivaut chaque année à l’investissement de :

  • 6 lignes Charles de Gaulle Express (soit un quart du Grand Paris Express) ;
  • 684 collèges ;
  • 89 Airbus A 320 Neo (prix catalogue) ;
  • 2 334 éoliennes (x 2 vs. le parc actuel).

D’ailleurs, la France est sur la première marche du podium en termes de taux d’effort d’investissements équivalent à 22% (CAPEX / Chiffre d’affaires1) et au regard de la compétitivité des prix proposés à ses utilisateurs ; notamment sur l’offre « triple play » (téléphone, Internet, télévision) qui coûte 25 € / mois contre 31 € au Royaume-Uni (seule le marché polonais est mieux placé avec une offre à 15 €).

Toutefois, les télécoms stagnent en Europe dû à une forte concurrence et à l’inéquité de l’offre. À ceci, s’ajoute une fiscalité pénalisante avec la consolidation des taxes et redevance sectorielle qui touche les opérateurs de téléphonie. L’Europe se retrouve alors distanciée par les champions américains et asiatiques.

Pour répondre à ce phénomène, quelles sont les nouvelles pistes à explorer ?

Sans surprise, deux axes ont le vent en poupe : le télétravail et le matériel reconditionné.

En France, beaucoup d’entreprises sont réticentes dès lors qu’il s’agit de télétravail ; cette pratique induit des questions d’ordre organisationnel et managérial. En effet, le profil qui se dessine est celui d’un.e cadre (61% en 2017) issu.e d’un foyer comptant moins de 3 enfants, résident en Île-de-France ou, plus généralement, dans les aires urbaines denses (dans lesquelles les temps de trajet domicile-travail sont le plus longs).

Le télétravail nécessite de recourir à des technologies de l’information et de la communication (TIC) afin que le salarié puisse travailler hors des locaux de son employeur.

Alors, comment s’assurer de la disponibilité de ses collaborateurs en devant les gérer à distance ? outre les relations humaines qui restent primordiales à prendre en compte ainsi que l’impact budgétaire pour le salarié (estimé à 100 € / mois selon une étude menée par le cabinet ConvictionsRH).

C’était sans compter la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 qui nous a forcé à nous réorganiser. Le télétravail se démocratise enfin avec un besoin impérieux de trouver des solutions dans l’urgence pour éviter l’arrêt de l’activité. Les mots clés sont alors nomadisme, adaptabilité & mobilité.

Les nouvelles technologies ont un rôle important à jouer dans cette problématique car elles permettent, entre autres, de téléphoner par Internet (VoIP2). Par exemple, de plus en plus plébiscitées, les applications softphone proposées par 3CX ou Keyyo, leaders sur le marché de la téléphonie par Internet, évitent aux salariés d’utiliser leur ligne personnelle et donc de générer du hors forfait.

Pour le plus grand nombre, il paraît souvent compliqué de trouver une corrélation entre technologie et environnement. Cependant, ces deux termes ne sont pas nécessairement antinomiques.

Pour preuve, l’impact environnemental des télécoms est, aujourd’hui, réduit grâce aux progrès techniques tels que le passage de l’ADSL à la fibre et aux évolutions technologiques avec des nouvelles box toujours plus performantes et de moins en moins polluantes.

Le saviez-vous ? Les télécoms représentent 0,4 % des GES (Gaz à Effet de Serre). Les nouvelles pratiques comme la collecte des téléphones par les opérateurs, ou encore les systèmes de téléphones reconditionnés permettent de ne pas polluer et de limiter l’empreinte carbone.

Alors, comment faire pour pallier ce chamboulement de notre vie quotidienne professionnelle tout en rationnalisant les coûts et en gardant en tête de réduire notre empreinte carbone ?

Fondée en 1995, AM Trust a su évoluer avec son temps et s’imposer comme l’un des spécialistes de la gestion du patrimoine documentaire.

Fort de son expertise et de sa nouvelle signature, le Groupe se positionne depuis fin 2020 en tant qu’Entreprise de Services Numériques (ESN) pour vous accompagner dans vos projets.

Au sein d’AM Trust, l’environnement fait partie intégrante de nos valeurs au même titre que la loyauté envers nos clients et partenaires, la proximité avec les différentes parties prenantes du quotidien et le dynamisme & la modernité grâce à l’innovation et l’évolution de nos offres.

Pour faire écho à ces valeurs, nous sommes interrogés sur la manière dont nous pouvions vous accompagner au mieux. Pour cela, nous avons mis en place les offres Green, notamment « Green Mobile » qui vous permet, notamment, de :

  • Réduire votre empreinte carbone
  • Optimiser votre flotte mobile
  • Bénéficier d’une expérience client unique

Tout cela combiné à une mise à disposition de matériel spare3, d’une reprise de votre parc téléphonique et d’un atelier itinérant 100% électrique pour certaines réparations.

Pour accompagner cette démarche éco-responsable, vous pouvez coupler votre nouvelle flotte mobile avec notre offre Flexibilité.

Votre fonction vous impose le télétravail ou des déplacements réguliers (en France ou à l’étranger4) ?
À l’inverse, le distanciel ne vous est pas permis car vous gérez votre propre commerce (boutique) ? Nous avons nécessairement une solution adaptée à vos besoins !

Flexibilité propose, entre autres, une application softphone5 vous permettant ainsi de rester joignable en toute circonstance ! Évolutive & modulable, elle s’adapte à votre environnement.

Quels en sont les avantages ?

  • La souplesse de la gestion : l’ajout ou la suppression des utilisateurs plus simple à administrer que les lignes fixes traditionnelles
  • La rapidité d’installation : seules l’installation du logiciel et la mise à disposition d’une ligne VoIP sont nécessaires pour l’utilisation immédiate de la ligne
  • La qualité des appels : il est quasiment impossible de différencier un appel passé par softphone de celui passé par un standard téléphonique grâce aux améliorations effectuées ces dernières années

Associez à cela un matériel dernière génération pour gérer idéalement vos communications et augmenter vos appels entrants simultanés. En d’autres termes, développez votre productivité !

 

Intéressé.e ou même convaincu.e ? N’hésitez plus & contactez-nous pour plus d’informations.

 

 

1 Chiffres d’affaires, CAPEX et EBITDA des opérateurs télécoms ayant une part de marché fixe ou mobile supérieure à 10%
2 VoIP : Voice over Internet Protocol ou Voix sur IP en français, désigne une technique permettant la communication par la voix sur des réseaux compatibles IP
3 Spare : de rechange
4 Pays éligibles dans l’offre : Allemagne, Andorre, Autriche, Belgique, Bulgarie, Croatie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Italie, Luxembourg, Malte, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Royaume-Uni
5 Softphone : littéralement, « softphone » se traduit par « téléphone logiciel ». Il s’agit d’un logiciel qui, une fois installé sur un terminal connecté à Internet (smartphones, tablettes, laptops), transforme celui-ci en téléphone. L’utilisateur peut alors émettre et recevoir des communications téléphoniques ; il a aussi accès à de nombreuses fonctionnalités, enrichies par rapport à celles disponibles sur un téléphone classique.

Sources : Fédération Française des Télécoms (FFT), Cabinet ConvictionsRH, Analyse Dares pour le Ministère du Travail (novembre 2019), ChoisirPro, Graphique présenté dans l’étude économique 2020 de la FFT